Abris

La montagne est un univers intemporel et singulier.

La traverser est un voyage vers les origines du monde autant que vers soi même, et les refuges qui s’y trouvent deviennent les phares d’un océan minéral. Dans ce travail photographique, la marche en montagne devient une pratique esthétique et spirituelle. D’un refuge à l’autre, je pars à la rencontre de mes espaces intérieurs, questionnant mon rapport au monde et au sacré, cherchant la frontière entre le réel, l’imaginaire, et le divin.

Ces sanctuaires intimes me parlent d’humanité, d’utopie et de fragilité, autour d’eux je réinvente le paysage fantasmé d’une terre originelle où l’isolement permet encore de sentir vibrer la force des éléments. Flambeaux de résistance contre une réalité moderne en rupture avec ses racines, ces chapelles ardentes s’embrasent à la mémoire du lien sacré entre l’homme et la nature.